Zone de confort… Pas si confortable !

Cette expression « sortir de sa zone de confort » l’interpelle… Si l’on souhaite en sortir, c’est bien qu’elle n’est pas si confortable que cela, non ?

Je préfère l’appeler la zone de connu… reliée à la peur de l’inconnu !

Tout bouge, la vie est en mouvement, nous sommes en chemin. Ainsi, inévitablement, régulièrement, nous testons de nouvelles saveurs, nous pratiquons de nouvelles activités, nous avons d’autres pensées, idées, croyances, nous échangeons avec de nouvelles personnes, sans parler du voyage, ce fantastique saut vers l’ailleurs, l’inconnu qui nous attire… tant que l’on rentre après chez soi, son repère, son ancrage, son connu.

Lancer une nouvelle activité est excitante mais draine son lot de peurs « vais-je y arriver ? Que vont penser les autres… vais-je assumer… et si… ! » Bref, nous avons tous vécu cela à un moment de notre vie. Je vous recommande d’ailleurs un bon livre pour les plus réfractaires au changement « Qui a piqué mon fromage » de Spencer Jonhson.

Rester dans sa zone, immobile, nous enferme. C’est terrible de se sentir enfermer quelque part (ou dans une situation, une relation…) où l’on ne veut plus être !

Prenez une rivière, l’eau s’écoule naturellement, elle est oxygénée, pure, belle. Si elle est bloquée, l’eau va stagner et rapidement sera verte, nauséabonde, polluante. Alors, pourquoi rester dans cette eau puante, toxique pour nous, qui nous empêche de réaliser nos rêves, d’avancer joyeusement, pas à pas, vers un avenir qui nous plait vraiment, avec les personnes qui nous rendent heureuses, à faire des activités qui ont du sens et qui, là encore, nous font du bien ?!

Ne méritons-nous tous pas le meilleur dans cette courte vie qui est la nôtre ?

Est-ce à la société, aux autres, de décider ce qui est juste et bon pour nous ? Non, nous seuls savons ce qui fait frétiller notre cœur de joie !

Lorsque je montais des ateliers sur les 5 sens en Inde du sud, à Agonda Beach, je suis sortie très très loin de ma zone de connu, à 46 ans, sans fortune devant moi. Je ne regrette rien, cette expérience m’a tant appris, la construire m’a apporté tant de joie qu’encore aujourd’hui j’y pense avec émotion, plaisir et le sourire aux lèvres.

Ces longs séjours en Inde du sud m’ont donné envie d’écrire un roman initiatique « L’appel du rivage… revenir à soi !  » qui se passe majoritairement en Inde. Je me replongeais dans cet océan que j’adore, dans les ambiances de jungle, de villes indiennes, avec ces sourires et ces namastés qui viennent du cœur…

Oui, sortir de sa zone de connu… pour aller vers ce qui nous met en joie, au fond de nous, est toujours une expérience fabuleuse. Mais ne pas en sortir pour aller vers un autre terrain tout aussi toxique… mais similaire !

N’hésitez pas à partager une « sortie de connu » joyeuse pour vous 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *